Approche intégrative

La psychothérapie intégrative

psychanalyste, psychothérapeute, psychologue, psychologie, psychanalyse, psycho, psychothérapie, thérapie, Montpellier, Saint-Jean-de-Védas, Lavérune, Saint-George-d'Orques, Grabels, Jacou, Clapier, dépression, mal-être, anorexie, trouble alimentaire, boulimie, psychose, psy

Au regard de la multiplicité des méthodes ou techniques rencontrées sur la scène psychologique et psychanalytique, il m’a semblé important d’évoquer une approche complète, cohérente et actuelle de la pratique: l’approche intégrative. D’un point de vue personnel, avec mon expérience et comme tout thérapeute, je dois constamment m’interroger sur ma pratique pour répondre au mieux à la spécificité de chacun. Or, réconcilier la psychanalyse avec les techniques cognitives me semble être nécessaire aujourd’hui.

Dans notre formation initiale, nous rencontrons différentes orientations souvent mise en opposition et celles-ci tendent à se durcir avec la pratique. Ainsi, de la psychanalyse aux TCC, il existe une myriade de méthodes qui ont chacune leur intérêt et leur particularité. Cependant, le choix d’une orientation pousse souvent les uns et les autres à défendre croyances et certitudes. D’un côté les tenants du Sujet désirant et de l’autre ceux de la science. A cela vient s’ajouter le fait de voir naître aujourd’hui une multitude de sous-techniques qui amènent autant de nouveaux spécialistes vantant chacun les mérites de sa méthode.

Partant de là, je me pose différentes questions. Où est l’unité de l’individu face à tout ça? Peut-on tenir compte de la demande subjective si on colle une même méthode thérapeutique à tous les individus? Peut-on se permettre de découper à ce point les méthodes en techniques et spécialisations diverses et variées pour lesquelles chacun prêche à sa paroisse jusqu’à trouver la nouvelle technique à la mode? Doit-on tenir compte uniquement de l’action thérapeutique qui concernerait la suppression du symptôme quitte à effacer le Sujet désirant? Ou doit-on se cantonner à de longues analyses pour soutenir un Sujet à se dire dans son désir alors que ce n’est absolument pas cette direction qu’il voulait prendre? Peut-on allier l’action thérapeutique tout en soutenant le Sujet et sa subjectivité?…

Un individu, des techniques

Or, dans la pratique, en tout cas la mienne, celle de psychothérapeute, nous n’avons pas affaire à une personne type. Mais nous rencontrons à chaque fois un nouvel individu avec sa subjectivité et ses particularités qui font de lui un être unique. De ce fait, et dans le cadre d’une thérapie, si nous partons bien du Sujet et travaillons à partir de l’individu, nous devons tenir compte de sa demande. Or, la demande est bien souvent multiple. Au départ elle est généralement initiée par un symptôme. Alors la demande est simple: ne plus être en difficulté avec ce symptôme. Sauf que bien souvent le symptôme cache une autre demande parfois plus difficile à saisir et à exprimer.

C’est pour cela que personnellement, j’ai choisi une pratique intégrative. Qu’est-ce? Certains l’exprimeront autrement: ils diront qu’ils ont une approche éclectique ou multiréférentielle. Cette approche permet de prendre en considération chaque individu dans son unité et sa valeur propre. D’un côté, découper l’être humain en une multitude de sous-parties théorico-pratiques se soutenant d’un savoir spécifique sur le fonctionnement humain ne se fera qu’au risque d’oublier l’essentiel: l’individu et sa subjectivité. D’un autre côté, force est de constater que la plupart des individus (certes pris dans le discours social contemporain, dans la performance et une temporalité en constante accélération), n’ont pas l’envie de faire la démarche d’une analyse personnelle longue.

Alors, en puisant dans la multitude des techniques et méthodes proposées par la psychanalyse, la psychologie et les différentes thérapies, nous avons une possibilité de travail spécifique et unique à chaque individu. Nous prenons ainsi en compte le sujet dans sa globalité et dans sa demande. Les méthodes, techniques et théories sont comme une véritable caisse à outils pour le thérapeute.

Point d’orgue

Travailler de cette manière n’est pas nouveau. Mais l’envelopper de mots pour en faire une pratique qui se revendique d’être ce qu’elle est, l’est probablement. D’autant qu’elle intègre l’ensemble des approches théorico-pratiques de la psyché. Alors, peut-être est-ce une riposte aux guerres de chapelles. Ou bien à la « décomposition » de l’être humain par la multitude des techniques nouvelles et innovantes que nous rencontrons aujourd’hui. Ces techniques ne tiennent souvent compte que de l’un ou l’autre des besoins individuels. A noter également, que l’ensemble de ces techniques existent déjà depuis bien longtemps dans les grandes théories sur l’être humain….

psychothérapeute, psychothérapie, psychanalyste, psychanalyse, thérapie, analyse, psychologue, psychologie, psy, thérapie, familiale, deuil, psychogénéalogie, couple, enfant, montpellier, psychologue, psychologie, thérapeutique, médiation, musicothérapie, anorexie, boulimie, dépression, deuil, traumatisme, estime de soi, confiance en soi, positive, mal-être, difficultés relationnelles, thérapie de couple, adolescent, saint jean de védas, lavérune, pignan, saint gély du fesc, juvignac, grabels, montferrier, ovalie, saint georges d'orques, gignac

Parcours et formationQui suis-je, Contact, Articles

La médiation thérapeutique, Les « psy », blog 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.